Mode

Polémique sur le défilé de Stella McCartney

Dans cet article, on va faire revenir sur la semaine de la mode (ou Paris Fashion Week) qui s’est terminée le mardi 3 octobre dernier. Il s’agit d’un événement consacré à la haute couture qui a lieu tous les 6 mois dans différentes grandes villes. Durant ces quelques jours, les défilés se succèdent les uns après les autres. Parfois, certains défilés peuvent faire polémique. C’était le cas cette année avec le défilé de Stella McCartney. Ces derniers jours, sur les réseaux sociaux, la collection de Stella McCartney a suscité beaucoup de réactions. Ces dernières concernaient certaines tenues du défilé qui étaient inspirées du style wax, qui est très à la mode ces derniers temps.

Origine du wax

Avant de parler du défilé polémique, revenons rapidement sur l’origine du wax. Ce tissu est directement associé aux pays africains. On a tendance à penser que ces tissus prennent leur origine en Afrique. Mais en réalité, le wax est originaire d’Indonésie. C’est au cours du 19ème siècle, que les colons hollandais et anglais virent cette technique en Indonésie. Puis, ils emmenèrent les premiers modèles dans les pays côtiers. Ce style eu du succès dans plusieurs pays africains. Aujourd’hui, le wax est essentiellement produit aux Pays-Bas.

Polémique sur le défilé de Stella McCartney

Voici quelques tweets suite au défilé de la créatrice :

La première chose qui est reprochée à Stella McCartney est le style des certaines tenues qui sont grandement inspirées (voire copiées) de tenues traditionnelles. En effet, là peut se poser la question de “l’appropriation culturelle” par la créatrice. Il est tout de même difficile de prendre position, étant donné que le wax est produit en grande partie en Europe. De mon point de vue, l’appropriation est déjà faite dans la de production de ce type de tissu.

Néanmoins, certaines pièces ont tout de même attirées mon attention, comme ces deux tenues :

Source : Vogue.fr

Malgré cette polémique, le wax est en passe de devenir un intemporel à avoir dans sa garde robe !

Source Konbini : lire l’article

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *