Lifestyle

Arrivée à Reykjavik

Le départ pour l’Islande a été très stressant. C’était le 7 février 2018, jour où Paris était sous la neige. Autant vous dire que se rendre à l’aéroport fut un vrai parcours du combattant. Sans RER pour nous rendre à l’aéroport Charles-de-Gaulle, nous avions dû prendre un Uber, qu’on a attendu un bon moment. L’heure avançait, mais nous restions toujours bloquées sur place. Une fois le Uber arrivé, le stress commençait enfin à redescendre. A notre plus grande surprise, sur la route, nous n’avions eu aucun problème de bouchon. L’arrivée à l’aéroport s’est faite dans les temps, HEUREUSEMENT ! Et c’est parti pour Reykjavik !

Le vol s’est bien passé. Une fois nos valises récupérées, la prochaine étape était de se rendre à l’agence de location de la voiture. Certaines compagnies viennent vous chercher directement à l’aéroport, et vous emmènent à l’agence par petits groupes. Comme expliqué dans l’article sur les préparatifs, nous sommes passées par l’agence Lagoon Car Rental. Prévoyez au moins 1h pour récupérer votre véhicule : le temps de se rendre à l’agence, vérifier le contrat de location, ajouter des assurances, si nécessaire, et le temps de faire l’état du véhicule. Si je me souviens bien, sur place, nous avions pris une assurance en plus. Notre interlocuteur a été très sympa et nous a donné de bons conseils au sujet la conduite en Islande, et surtout de faire attention aux éventuelles tempêtes. C’est maintenant le moment de prendre le volant et de commencer notre périple !

Les premières minutes (voire heures) ont été un peu laborieuses, mais surtout stressantes. Rouler dans un pays étranger, la nuit, sur des routes enneigés, était vraiment fou. Mais l’envie de découvrir cette île était bien plus forte.

Nous avons passé notre première nuit dans une auberge de jeunesse a Reykjavik (environ 45 euros la nuit). Il s’agissait du Galaxy Pod, une auberge assez atypique. Les lits se trouvaient dans des capsules individuelles. C’était très agréable, cela donnait l’impression d’avoir son intimité tout en étant dans un dortoir. Mais une fois à l’intérieur, nous nous rendions compte que les capsules n’étaient pas si isolantes que ça. Mais cela reste un super souvenir, très original, de cette arrivée à Reykjavik.

Séjour de l’auberge
Petit aperçu du dortoir
Salle à manger commune

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *