Chewbacca ? Or not Chewbacca ?

Aujourd’hui nous allons parler d’un sujet pas très agréable. Nous allons parler des poils ! La majorité des femmes se battent contre leurs poils. C’est toujours une corvée. Mais bon, il faut le faire, on ne sait même pas pourquoi d’ailleurs. Toutes les femmes sont épilées, donc il faut s’épiler. Mais depuis quelques années, certaines femmes se révoltent contre ce dictât de l’épilation.

Pour commencer, je vais partager avec vous mon expérience. OUI, je suis poilue. Je pense avoir testé un peu toutes les méthodes. Etant plus jeune, j’ai débuté par la crème dépilatoire. Cette solution me convenait très bien au début. Ce qui est pratique avec la crème, c’est qu’il s’agit d’une méthode sans douleur, qui est convenable pour les femmes qui n’ont pas beaucoup de poils, ou des poils assez clairs. Avec la crème, le poil est juste coupé. Il n’est pas enlevé. Du coup, le poil repousse quelques jours après.

Par la suite, j’ai testé les bandes de cire froide et la cire chaude en pot. Bon, cette fois, le poil est arraché. Donc c’est évidemment plus douloureux qu’avec la crème dépilatoire. Etant donné que le poil est enlevé complètement, le temps de repousse est plus long. Dans mon cas, en moyenne, ça tenait un peu moins de deux semaines. Comme toute chose, plus tu es régulière plus la durée entre deux épilations est longue, puisque le poil doit s’affaiblir avec le temps. Niveau utilisation, les bandes de cire froide sont nettement plus pratiques que la cire chaude. Je me souviens avoir acheté le pot Veet en grande surface. Il fallait chauffer la cire au bain marie, puis laisser un peu refroidir… mais pas trop afin qu’elle ne durcisse pas. Une fois bien installé, il te suffit le prélever la quantité nécessaire avec une spatule et de l’étaler sur la zone souhaitée. Mais dans mon cas, c’était une horreur, j’en avais mis partout. J’avais utilisé trop de produit. Du coup, je n’avais pas pu faire ma seconde jambe entièrement. C’était une grosse galère ! J’ai donc fait une croix sur la cire chaude à la maison.

Ensuite, j’ai voulu passé à la vitesse supérieure en achetant un épilateur électrique. Mais là, je n’ai jamais eu aussi mal de ma vie. Je ne conseillerai pas cette méthode aux personnes qui ont tendance à être douillettes. Celui que j’ai acheté est un Calor. Honnêtement, c’est un achat que je regrette. Il a dû me servir deux ou trois fois grand max. Mon épilateur attrapait un poil sur deux. Du coup, il fallait repasser plusieurs sur les mêmes zones. C’était juste affreux.

Suite à cette expérience douloureuse, j’ai décidé d’aller en institut. Yves Rocher me paraissait un bon endroit pour commencer. Ce n’est pas trop cher, et la carte de fidélité te permet de cumuler des points afin d’avoir des éventuelles réductions. Durant les premiers rendez-vous, j’étais un peu stressée. Mais finalement, ça dépend beaucoup de l’esthéticienne qui s’occupe de vous. Un jour ça peut être top, et le prochain une catastrophe.

Pour finir, je suis passée à une étape plus définitive parce que j’en ai marre. J’ai commencé les séances d’épilation au laser. Etant donné que j’ai une peau métissée, l’épilation se fait avec un laser spécial, appelé YAG. Il a été pensé pour les peaux plus foncées car à la base le laser était adapté aux personnes ayant une peau claire et des poils foncés. J’ai commencé ma première séance juste avant l’été. Ce que je n’aurais pas dû faire car j’ai dû attendre de perdre mon bronzage pour reprendre mes séances. Pour ce qui est de la douleur, sur une épilation des demi-jambes, ce n’est pas hyper agréable. La sensation est un peu similaire à un lâché d’élastique sur la peau. Suite à cette première séance, je ne remarque pas de différence, mais ce n’est que le début. Il faut en moyenne une année pour voir le résultat, sachant que les séances sont espacées de deux mois. D’après ce que j’ai pu lire sur le net, l’épilation n’est pas définitive à 100%. Des séances «retouches» sont nécessaires tous les deux ans pour les éventuelles repousses. Après, le prix est très élevé, mais il faut le voir comme un investissement 🙂

Mais aujourd’hui, on voit de plus en plus de femmes qui s’assument au naturel. C’est une démarche très courageuse, surtout dans la société dans laquelle nous vivons. Je leur tire mon chapeau car le regard des autres ne doit pas être facile tous les jours, notamment en été. En effet, la société nous a conditionné de telle sorte, que nous pensons qu’une femme au naturel est moins féminine. Mais la féminité ne se traduit pas uniquement par le nombre de poils que tu as sur le corps. La marque Adidas a souhaité surfer sur ce phénomène sur leur dernière pub. Et je trouve ça bien que cela vienne d’une marque pour laquelle l’esthétique est un élément important. Mais la publicité a suscité énormément de réactions sur les réseaux. Voici l’affiche de la pub qui a fait polémique :

C’est fou ce qu’on peut faire par mimétisme. On s’épile parce que… bah on ne sait pas trop en fait ! Mais il a été démontré que les poils nous protégerait de certaines infections. Ils ne sont donc pas là par hasard. Ils ont une nécessité, et nous les retirons.

J’espère qu’un jour les femmes ne seront plus dévisagées car elles ont fait le choix d’être naturelles. Cela m’arrangerait parce que j’en ai trop marre d’être à la chasse constante de mes poils !!

Leave a Reply